Brice Cardi

« L’envers de l’immo »
par « La Pierre
À l’Endroit »

Brice Cardi

Brice Cardi Président du réseau L'Adresse

Brice Cardi,

Président Directeur Général
du réseau coopératif L’Adresse
depuis juin 2013.

Pour mieux le connaître, découvrez son interview :

1. Maison ou appartement ? Maison, avec un jardin, même petit.

2. Alur ou Élan ? Élan.

3. Encadrement des loyers ou loyers libres ? Loyers libres, plus propices à la régulation naturelle.

4. Duflot ou Besson ? Besson.

5. IFI ou ISF ? ISF.

6. Douche ou baignoire ? Baignoire, mais avec modération car pas très écolo…

7. RT2012 ou E+C- ? RT 2012.

8. Copropriété ou indivision ? Indivision.

9. Neuf ou ancien ? Le charme de l’ancien.

10. Stéphane Plaza ou Valérie Damidot ? Valérie Damidot.

11. Achat ou location ? Achat, pour le patrimoine que cela constitue.

12. Twitter ou Facebook ? Facebook pour garder le lien avec mes proches.

13. Agent immobilier ou notaire ? Je ne peux que répondre agent immobilier !

14. Le Corbusier ou Jean Nouvel ? Le Corbusier.

15. Opéra Garnier ou Tour Eiffel ? Opéra Garnier.

16. Fenêtres en bois ou en PVC ? Fenêtres en bois.

17. Musée du Louvre ou Mucem ? Le Louvre.

18. Paris ou Berlin ? Paris.

19. Paris ou Bordeaux ? Paris, encore, car c’est une ville que j’affectionne beaucoup.

20. La ville où il faut investir ? Pas à Paris, le pouvoir d’achat y est trop restreint.

21. Balcon ou terrasse ? Terrasse pour profiter des beaux jours.

22. Promoteur ou architecte ? Promoteur.

23. Plan Borloo ou loi Scellier ? Borloo.

24. Syndic professionnel ou bénévole ? Professionnel.

25. Un message ? La coopérative L’Adresse fête ses 20 ans cette année. Un bel âge atteint grâce à la confiance de tous nos clients, sociétaires, collaborateurs, partenaires, … Je profite donc de l’occasion pour leur dire un grand MERCI !

Pour en savoir plus :

Twitter : @bricecardi et @LADRESSEimmo
Facebook : @ladresseimmobilier
Linkedin : L’ADRESSE Immobilier

Brice Cardi, 44 ans, est le Président Directeur Général du réseau coopératif L’Adresse depuis juin 2013.

Dotée d’un esprit entrepreneurial fort, Brice Cardi n’a que 23 ans lorsqu’il ouvre sa première agence immobilière.

Séduit par les valeurs coopératives de L’Adresse dès 2007, le chef d’entreprise, désormais à la tête de 9 points de ventes, engage tout son dynamisme et sa passion du métier au service du réseau pour lequel il est tout d’abord Administrateur, avant d’être élu Président Directeur Général en juin 2013.

Innovant, le plus jeune patron de réseau immobilier français, a à cœur d’insuffler toujours plus de nouveautés et de modernité au sein de L’Adresse.

* * *

Le réseau l’Adresse Doté de plus de 320 agences immobilières et 1200 collaborateurs sur toute la France,  place ses clients au cœur de ses préoccupations et les accompagnent tout au long de leur vie immobilière. 

Spécialiste de la transaction avec plus de 10 000 ventes réalisées en 2018, l’expertise des membres du réseau comprend également les autres métiers de l’immobilier que sont la location, la gestion, la location de vacances, l’immobilier d’entreprise, le syndic de copropriété, …

Créée il y a 20 ans, en 1999, par la FNAIM, L’Adresse est l’une des rares organisations coopératives du secteur de l’immobilier. Reposant sur le principe « un Homme = une voix », les sociétaires sont donc engagés dans le réseau et partagent les mêmes valeurs d’union et d’implication personnelle.

L’Adresse est membre de la Fédération des Enseignes du Commerce Associé (FCA). 

11659450_1474803226145794_2502206558886542282_nVous souhaitez nous contacter ? N’hésitez plus !

 

Publicités

Thomas Moya

« L’envers de l’immo »
par « La Pierre
À l’Endroit »

Thomas Moya

IMG_16012(1)

Thomas Moya

Dirigeant & Fondateur d’Haussmaneo.

1er indicateur du bien-être des logements.

« Le constat était simple :

Pour près de 90% des français, le bien-être est indissociable de leur logement.

Pour autant, personne n’était capable d’évaluer  ce bien-être de façon fiable, claire et rapide.

Aujourd’hui, grâce à Haussmaneo, les professionnels de l’immobilier peuvent fournir à leur clients un certificat évaluant les critères les plus essentiels du bien-être :

le calme, la luminosité et la sûreté. »

Pour mieux le connaître, découvrez son interview :

1. Maison ou appartement ? On peut trouver son bonheur dans les deux.

2. Alur ou Elan ? Elan.

3. Encadrement des loyers ou loyers libres ? Loyers libres.

4. Duflot ou Besson ? Besson.

5. IFI ou ISF ? ISF.

6. Douche ou baignoire ? Douche la semaine, baignoire le week-end.

7. RT2012 ou E+C- ? E+C-.

8. Copropriété ou indivision ? Copropriété.

9. Neuf ou ancien ? Rien ne vaut le charme de l’ancien même si le neuf présente des avantages certains.

10. Stéphane Plaza ou Valérie Damidot ? Stéphane Plaza.

11. Achat ou location ? Achat.

12. Twitter ou Facebook ? Twitter.

13. Agent immobilier ou notaire ? Les deux sont des parties prenantes du projet immobilier.

14. Le Corbusier ou Jean Nouvel ? Difficile… chacun, à sa façon, a bouleversé les codes.

15. Opéra Garnier ou Tour Eiffel ? Opéra Garnier, rien que pour les décors de sa façade.

16. Fenêtres en bois ou en PVC ? En alu, c’est encore mieux !

17. Musée du Louvre ou Mucem ? Aucun ne peut rivaliser avec le Louvre.

18. Paris ou Berlin ? Paris.

19. Paris ou Bordeaux ? Joker.

20. La ville où il faut investir ? Je dirais une ville moyenne, dynamique où les prix n’ont pas encore flambé comme dans les métropoles et où il y a une demande (Dijon, Angers,…).

21. Balcon ou terrasse ? Terrasse pour les repas en extérieur.

22. Promoteur ou architecte ? Les deux !

23. Plan Borloo ou loi Scellier ? Borloo.

24. Syndic professionnel ou bénévole ? Professionnel… et bénévole dans certains cas.

25. Un souhait pour 2019 ? Un toit pour tous.

Un message ? Je finirais par un proverbe indien qui dit que ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.

Pour en savoir plus :
Un mail : thomas.moya@haussmaneo.fr
Un site : http://haussmaneo.fr

LOGO

Vous souhaitez nous contacter ? N’hésitez plus !

 

La Loi Élan et l’accessibilité

débat 4

LA LOI ÉLAN,
UNE MISE À JOUR
DU LOGICIEL « LOGEMENT » ?

FLC

Lionel Formentelli,
Architecte.

24 Novembre 2018. Le Journal Officiel publie « La Loi Élan » un pavé de réformes englobant l’évolution du logement, de l’aménagement et du passage à l’habitat « numérique ».

Une sorte de mise à jour générale d’un domaine qui est par définition ancré dans des us et coutumes ancestraux et dont l’évolution est lente.

La simplification des démarches liées à la construction et la numérisation des données semblent deux points porteurs de cette loi aux ambitions pragmatiques et bienveillantes.

LA LOI ÉLAN ET L’ÉPINEUSE QUESTION DE L’ACCESSIBILITÉ

Regardons une des facettes de cette loi, qui aborde et réforme « l’accessibilité » au sens des logements accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Si le logement est un domaine difficile à réformer, cela n’est pas une fatalité, c’est une question structurelle. En effet, beaucoup de compétences, beaucoup de corps de « métiers » sont les acteurs directs et indirects de ce monument de la société : LE LOGEMENT.

L’exemple de la prise en compte du handicap dans la construction remonte au milieu des années 70, mais le fait le plus emblématique est la loi sur l’accessibilité et le handicap de novembre 2005.

Cette loi était enfin un élément clair et exhaustif pour une prise en considération des handicaps mais plus fondamentalement la prise en compte du vieillissement général de la population et encore plus simplement à la facilité d’habiter, de circuler et d’accéder : Le fameux « accessible à tous » résumait bien l’ambition de cette loi.

LA LOI DE 2005 RABOTÉE ?

J’ai beau penser positivement, espérer en l’amélioration des lois de ma république et croire en l’esprit bienveillant de l’être humain, mais la loi ÉLAN semble vouloir raboter avec plus ou moins de force les principes fondamentaux de la loi sur l’accessibilité de 2005.

La cible est clairement indiquée : le logement collectif.

En jouant sur les mots : « désormais 100 % des logements neufs sont
évolutifs !  ».

L’effet d’annonce est joli, l’envers du décor est sans doute moins brillant. La capacité à faire évoluer un logement n’est pas définie dans cette loi pour l’instant, elle est comme tout bâtiment liée à beaucoup de paramètres (cloisons, réseaux électriques, natures des sols, portes, seuils etc.) qui peuvent transformer la notion d’évolution en schéma complexe voir utopique.

Jadis, la loi de 2005 imposait que les logements soient accessibles notamment dans tous les rez-de-chaussée des constructions neuves, sans dérogations à l’exception des parois non structurantes et non bâties.

C’était clair pour l’homme de l’art : il ne pouvait y avoir que de petites parois démontables, indépendantes du reste de la structure comme des panneaux vitrés autour des bacs à douche, des panneaux de séparation stratifiés faisant office de placards dans les chambres, des portes à démonter en conservant les cadres.

C’était clairement une adaptation facile et qu’un propriétaire pouvait engager s’il souhaitait louer son logement à une personne en situation de handicap, et plus généralement, cela lui permettait de continuer à vivre dans son logement alors que son état de mobilité se dégradait avec l’Âge.

Aujourd’hui, le 100% évolutif jette un voile pudique sur une avancée pourtant claire et efficace qui avait été votée il y a maintenant près de 15 ans.

LES VRAIS DYSFONCTIONNEMENTS TOUJOURS PAS ÉLUCIDÉS

En revanche, la loi fait perdurer la notion d’accessibilité à tous types de handicaps sans aucune distinction, pire, en reprécisant que l’accessibilité doit répondre aux handicaps cognitifs, mentaux ou psychiques.

En d’autres termes, en qualité de maître d’œuvre (donc juridiquement parlant… « un sachant »), je dois pouvoir livrer un bâtiment dont les pentes maximales des rampes d’accès sont à 5%, les garde-corps à 1m de haut et les diamètres de giration des fauteuils roulants de 150cm…c’est évident à mettre en œuvre.

Mais serais-je aussi obligé de réaliser des garde-corps de 2m50 de haut sur un plancher de mezzanine de hall de mairie si une personne atteinte de handicaps cognitifs se jette depuis les bureaux de l’état civil à l’étage en escaladant le garde-corps de 1m victime d’une peur panique lors d’une file d’attente pour passer au guichet ?

CONSTRUIRE PLUS ?

Enfin, les termes de la loi indiquant que la loi ÉLAN est faite pour « construire plus » semble indiquer qu’on pourrait mieux « construire » en s’affranchissant des « contraintes » de l’accessibilité.

J’assume cette interprétation du texte, mais par expérience, les promoteurs de l’immobilier, les entreprises de BTP et la société en général opposent accessibilité et qualité de vie dans les logements collectifs.

Sanitaires trop grands au détriment des pièces de vie, complications à mettre en œuvre, inutilité des dispositifs, absence réelle de sanctions concrètes. Bref, en caricaturant, l’accessibilité reste encore la dernière roue du carrosse dans les arguments de la construction neuve.

Or, par expérience aussi au sein de notre agence, on peut concevoir des salles de bains compactes, ergonomiques, économes que ce soit dans l’établissement recevant du public ou les logements ou logements collectifs.

Le maître d’œuvre doit rester force de proposition et tenter de balayer les a priori de la société.

EN CONCLUSION

Si l’accessibilité des personnes à mobilité réduite rebute, on oublie tout simplement qu’il s’agit avant tout de l’accessibilité pour nous tous, jeunes, bien portants, accidentés de la vie temporaires, femmes enceintes, personnes vieillissantes, personnes malades….et handicapés.

Alors tout est une question de point de vue, mais mon point de vue est que la loi ÉLAN a fait un pas en arrière.

 

Pour réagir à cet article, contactez-nous !

 

Harold Chambriard

« L’envers de l’immo »
par « La Pierre 
À l’Endroit »

Harold Chambriard

harold

Harold Chambriard,

Diplômé d’un Master 2 d’école de commerce, Harold est un des fondateurs de Livsty, plateforme de crowfunding autour du viager.

Passionné par l’immobilier et l’entreprenariat, Harold a d’abord travaillé
pour une société de conseil en immobilier d’entreprise, Alex Bolton.

Par la suite, il s’employa à developper la partie commerciale d’une startup
travaillant pour la défense des commerces de proximité.

Finalement avec la création de Livsty, début 2018, c’est l’occasion de conjuguer une volonté d’entreprendre
et une passion, l’immobilier dans un domaine plein de promesses, le viager.

Pour mieux le connaître, découvrez son interview :

1. Maison ou appartement ?

Appartement. C’est le type de bien que nous commercialisions sur notre plateforme Livsty. Et c’est aussi un type d’habitation qui permet de créer des relations sociales avec ses voisins, pour le meilleur et pour le pire ☺.

2. Alur ou Elan ?

Nous respectons l’ensemble des lois bien que certaines soient vécues comme de réelles contraintes tant par les propriétaires que les locataires.

3. Encadrement des loyers ou loyers libres ?

Pas très politiquement correct mais loyers libres ! Beaucoup de personnes âgées profitent d’un appartement qu’elles ont acheté pour avoir des revenus locatifs en complément de leur retraite bien souvent très faible, ne les bridons pas !

4. Duflot ou Besson ?

Trop de dispositifs tuent le dispositif, aucun des deux !

5. IFI ou ISF ?

Alors là, il est difficile de commenter ce que je ne paie pas…

6. Douche ou baignoire ?

Douche sans hésiter, pour des raisons pratiques et écologiques.

7. RT2012 ou E+C- ?

E=MC2 ! C’est la formule qui lie la masse à l’énergie. La masse c’est un peu le viager avec ce qu’il représente et l’énergie c’est Livsty !

8. Copropriété ou indivision ?

Copropriété ! C’est le modèle défendu par Livsty en permettant à plusieurs personnes de détenir un même bien immobilier.

9. Neuf ou ancien ?

Ancien, bien souvent les matériaux utilisés autrefois s’avèraient plus résistants que ceux que nous utilisons aujourd’hui.

10. Stéphane Plaza ou Valérie Damidot ?

Stéphane Plaza, en ce sens qu’il participe à la création d’un projet global dans lequel vont se retrouver vendeurs et acheteurs. Une bonne transaction est une transaction sans perdant où chacun peut y trouver son compte.

11. Achat ou location ?

Achat et en nue-propriété de préférence 😉

12. Twitter ou Facebook ?

Facebook, on touche un public beaucoup plus large et c’est aussi l’occasion d’échanger avec plus de 280 caractères comme Twitter. Sur certains sujets, c’est nécessaire afin d’apporter des réponses complètes. Et enfin nos ainés sont d’avantages sur Facebook que sur Twitter.

13. Agent immobilier ou notaire ?

Livsty ! Fini les nombreuses visites d’agent immobilier et les contraintes notariales, on s’occupe de tout.

14. Le Corbusier ou Jean Nouvel ?

Numérobis ! Plus sérieusement Le Corbusier, un des pionniers du vivre ensemble.

15. Opéra Garnier ou Tour Eiffel ?

Opéra Garnier, pour ce qu’il est de prouesse architecturale mais aussi parce que c’est un lieu de vie, un lieu de création, un lieu qui s’efforce d’être toujours tourné vers l’avenir avec un programme riche.

16. Fenêtres en bois ou en PVC ?

En bois, c’est plus écolo et plus beau.

17. Musée du Louvre ou Mucem ?

Mucem, Marseille c’est d’abord un art de vivre et on y adhère !

18. Paris ou Berlin ?

Paris bien entendu, beaucoup disent que c’est la plus belle ville du monde. Soyons un peu chauvins.

19. Paris ou Bordeaux ?

Bordeaux et sa région, un patrimoine riche qui gagne à être toujours plus connu.

20. La ville où il faut investir ?

C’est la ville où vous voulez investir. Nous défendons pour nos investisseurs la liberté d’invertir de façon transparente où ils le souhaitent !

21. Balcon ou terrasse ?

Terrasse. Pourquoi avoir moins quand on peut avoir plus ?

22. Promoteur ou architecte ?

Architecte, rien ne les arrête si ce n’est la limite de leur imagination.

23. Plan Borloo ou loi Scellier ?

Ni l’un, ni l’autres, tous ces régimes d’exemptions fiscales n’aident pas les investisseurs à mieux appréhender l’immobilier. Ce n’est pas aider un secteur que de le complexifier toujours un peu plus.

24. Syndic professionnel ou bénévole ?

On voudrait dire bénévole mais géré de façon professionnelle.

25. Un souhait pour 2019 ?

Que nos ainés puissent vivre un peu mieux leur retraite, peut-être grâce au viager et à Livsty.

Un message ?

Livsty est un placement éthique qui aide de façon concrète des personnes âgées à mieux vivre leur retraite. Et c’est cette éthique qui nous donne envie d’aller toujours un peu plus loin.

 

Pour en savoir plus :

Livsty
12 rue Magellan 75008 Paris
0175858424 ou 0628219951

Nous sommes tous confrontés de près ou de loin à des proches qui, vieillissant, cherchent des solutions pour financer leur retraite.

Livsty dépoussière le Viager et le transforme en une stratégie patrimoniale d’avenir, simple, ouverte à tous et solidaire, à travers une plateforme permettant aux particuliers d’investir dans l’immobilier viager en diversifiant leur risque, tout en apportant une réponse aux seniors à la recherche de financement.

L’ambition de Livsty est de devenir le premier partenaire des séniors pour leurs besoins de financement en formulant une offre et en obtenant une source de financement adaptée à leur situation en 60 jours par la mobilisation de l’épargne privée.

A terme, Livsty fournira une gamme de financement adaptée aux vendeurs et aux investisseurs, et différents types de services nécessaires au maintien à domicile.

11659450_1474803226145794_2502206558886542282_n

Vous souhaitez réagir ou nous contacter ? N’hésitez plus !

 

Guillaume Philippon

« L’envers de l’immo »
par « La Pierre 
À l’Endroit »

Guillaume Philippon

gp

Guillaume Philippon,

Expert en Estimations Immobilières près la Cour d’Appel d’Orléans

Pour mieux le connaître, découvrez son interview :

1. Maison ou appartement ?

Maison qui ne soit pas mitoyenne ou jumelle.

2. Alur ou Elan ?

Alur. Elan, dur dur !

3. Encadrement des loyers ou loyers libres ?

Loyers libres parce qu’on ne peut pas tout encadrer, l’offre et la demande doivent continuer à réguler les rapports entre particuliers.

4. Duflot ou Besson ?

Ce n’était pas mieux avant ?!

5. IFI ou ISF ?

ISF parce qu’imposer seulement le patrimoine immobilier c’est pour partie imposer un peu plus la transmission patrimoniale. Immobilier ne rime pas toujours avec rentabilité.

6. Douche ou baignoire ?

Douche parce qu’on peut passer du chaud au froid à tout moment en tournant le robinet, les sportifs comprendrons. Pour les mêmes raisons, je préfère quand pour l’immobilier « tout baigne ».

7. RT 2012 ou E+C- ?

Pour l’avenir de nos enfants, E+C-.

8. Copropriété ou indivision ?

La copropriété. L’indivision est compliquée, enfin un jour ou l’autre, ça se complique …

9. Neuf ou ancien ?

Je suis né dans le tuffeau, j’aime la vieille pierre.

10. Stéphane Plaza ou Valérie Damidot ?

J’ai de bons amis qui sont de très bon conseil.

11. Achat ou location ?

Achat, mais pas à n’importe quel prix ni dans n’importe quelles conditions.
Location, pour les vacances.

12. Twitter ou Facebook ?

Facebook, encore novice sur Twitter.

13. Agent immobilier ou notaire ?

A la mémoire de mon père, pour les professionnels avec lesquels je travaille principalement, sans hésiter, notaire.

14. Le Corbusier ou Jean Nouvel ?

Impossible de trancher, deux époques et chacune leur contemporain.

15. Opéra Garnier ou Tour Eiffel ?

C’est comme choisir entre le fromage et le saucisson, tout dépend du vin.

16. Fenêtres en bois ou en PVC ?

Fenêtres en bois, meilleure association avec le tuffeau.

17. Musée du Louvre ou Mucem ?

Le Louvre parce que le Mucem, je devrai le visiter seulement cette année.

18. Paris ou Berlin ?

New York City

19. Paris ou Bordeaux ?

Paris, à Bordeaux il y a trop de parisiens me dit-on.

20. La ville où il faut investir ?

Tours ! J’avoue mon chauvinisme.

21. Balcon ou terrasse ?

Terrasse, un roof top de préférence.

22. Promoteur ou architecte ?

Architecte pour la créativité, l’innovation et le côté artistique.

23. Plan Borloo ou loi Scellier ?

La loi Denormandie va-t-elle nous les faire oublier ?! ou regretter ?

24. Syndic professionnel ou bénévole ?

Bénévole, pourquoi pas, dès lors qu’il y a des bonnes volontés mais c’est devenu de plus en plus compliqué pour les syndics et les bénévoles sont de plus en plus rares dans tous les domaines.

25. Un souhait pour 2019 ?

Je souhaite à tous une bonne année 2019 et à tous qu’elle se termine mieux que 2018.

Un message ?

Certes, l’expertise immobilière en valeur vénale a un coût mais elle permet aussi de se prémunir d’un risque financier ou d’une perte financière souvent plus importants.

L’acquisition, la vente ou la gestion d’un bien immobilier n’est pas toujours et seulement la confrontation d’idées pour ou contre, ces actes sont parfois simplement conditionnés par la valeur souvent évaluée de façon approximative.

Alors n’hésitez pas à demander conseil à quelqu’un qui est indépendant et en dehors de tous conflits d’intérêts.

Pour en savoir plus :

Sarl Lexpertissimmo

Tél. 09 62 63 95 41

Mail : secretariat@lexpertissimmo.fr

Sites web : http://www.lexpertissimmo.fr / http://www.lexpertissimmo.paris

Facebook : https://www.facebook.com/Lexpertissimmo/

Linkedin : https://www.linkedin.com/company/lexpertissimmo/

Twitter : @Lexpertissimmo

Guillaume Philippon a fait ses débuts dans le milieu bancaire en back et front office, a pratiqué plusieurs années la négociation et l’expertise immobilière notariale, est devenu collaborateur pour un expert judiciaire près la Cour d’Appel de Rennes, avant de créer en 2018 le cabinet Lexpertissimmo.

Certifié Recognised European Valuer par TEGoVA et le Conseil Supérieur du Notariat depuis 2014, il a prêté serment le 20 décembre 2018 et est inscrit depuis le 01er janvier 2019 en tant qu’Expert Judiciaire en Estimations Immobilières près la Cour d’Appel d’Orléans.

Chargé de formation continue pour les organismes de formations du notariat, cet ex-international d’athlétisme (3’40’’63 au 1500m, 7’58’’55 au 3000m et 29’34 au 10km) investit dans le milieu associatif, puisqu’il accompagne à New York depuis 13 ans des étudiants de Rennes, Poitiers, Orléans, Clermont, Tours et Montpellier, aime l’échange, la confrontation des idées et faire preuve de patience pour convaincre.

11659450_1474803226145794_2502206558886542282_n

Vous souhaitez réagir ou nous contacter ? N’hésitez plus !

 

Arthur Denis

« L’envers de l’immo »
par « La Pierre 
À l’Endroit »

Arthur Denis

arthur denis

Arthur Denis,

Négociateur immobilier,
diplômé d’un BTS professions immobilières
et d’une licence de Droit spécialisé dans le droit de l’immobilier
auprès de la faculté de droit de Toulon.

Création d’un compte Twitter dédié à l’information législative, commerciale et statistique de l’immobilier pour les professionnels et consommateurs.

Pour mieux le connaître, découvrez son interview :

1. Maison ou appartement ? Maison.

2. Alur ou ELAN ? Alur.

3. Encadrement des loyers ou loyers libres ? Encadrement des loyers (zones tendues).

4. Duflot ou Besson ? Duflot.

5. IFI ou ISF ? ISF.

6. Douche ou baignoire ? Baignoire.

7. RT2012 ou E+C- ? RT2012.

8. Copropriété ou indivision ? Copropriété.

9. Neuf ou ancien ? Ancien.

10. Stéphane Plaza ou Valérie Damidot ? Stéphane Plaza.

11. Achat ou location ? Achat.

12. Twitter ou Facebook ? Twitter.

13. Agent immobilier ou notaire ? Agent immobilier.

14. Le Corbusier ou Jean Nouvel ? Le Corbusier.

15. Opéra Garnier ou Tour Eiffel ? Tour Eiffel.

16. Fenêtres en bois ou en PVC ? PVC.

17. Musée du Louvre ou Mucem ? Musée du Louvre.

18. Paris ou Berlin ? Paris.

19. Paris ou Bordeaux ? Bordeaux.

20. La ville où il faut investir ? Montpellier.

21. Balcon ou terrasse ? Terrasse.

22. Promoteur ou architecte ? Architecte.

23. Plan Borloo ou loi Scellier ? Scellier.

24. Syndic professionnel ou bénévole ? Professionnel.

Un message ?

Je n’ai pas de message particulier. Seulement le fait de changer l’image des professionnels de l’immobilier. Il faut aider les consommateurs à concrétiser leurs projets et les professionnels à évoluer.

Pour en savoir plus : @arthurdenisimmo.

« Think tank en création.

L’immobilier est une source de débat inépuisable ».

LOGO

Vous souhaitez réagir ou nous contacter ? N’hésitez plus !

 

 

Eddie Jacquemart

« L’envers de l’immo »
par « La Pierre 
À l’Endroit »

Eddie Jacquemart

2018_eddiejacquemart_photo

Eddie Jacquemart,

Président national de la Confédération Nationale du (

Pour mieux le connaître, découvrez son interview :

  1. Maison ou appartement ?

Tout dépend du besoin ! La vie de couple pour un ménage avec enfants est plus agréable dans une maison avec de l’espace, et parfois même un jardin, mais souvent, lorsque l’on habite dans de grandes agglomérations, ce type d’offre de logement est plus réduite et peu accessible. La vie en appartement peut, elle aussi, avoir son « charme » dès lors que cela répond aux besoins de ceux qui y habitent.

  1. Alur ou Elan ?

La loi Alur évidemment. Même si elle ne nous satisfait pas complètement, on peut lui reconnaitre certaines avancées totalement absentes de la loi Elan qui va à contresens des besoins immédiats des habitants. Avec le permis de louer, l’encadrement des loyers, le prolongement de la trêve hivernale et dans une certaine mesure la GUL (Garantie Universelle des Loyers), la loi Alur prévoyait des mesures progressistes tandis que la loi Elan sabote la législation et va aggraver la crise du logement.

  1. Encadrement des loyers ou loyers libres ?

Encadrement des loyers puisque les loyers libres ne tiennent pas compte des revenus des ménages qui stagnent voire diminuent alors que les loyers, eux, ne cessent d’augmenter. En zone tendue, certaines familles sont obligées de se priver pour payer leur loyer et sont même parfois forcées de s’endetter pour éviter la rue ! Même s’il a besoin d’évoluer et de se généraliser à l’ensemble du territoire, l’encadrement des loyers est un outil essentiel pour faire respecter le droit au logement.

  1. Duflot ou Besson ?

Difficile… j’ai moins connu Besson que Duflot bien que sur le fond, la loi SRU contienne le pilier de la mixité sociale avec l’obligation pour les maires de disposer d’au minimum 20 % de logement social dans leur commune d’ici 2020. Cela n’a pas empêché mes prédécesseurs à la CNL lors de la négociation sur le contenu de la loi SRU d’être très critiques à l’égard de certaines dispositions, notamment sur la partie qui concerne la démocratie locative ; critique à laquelle je souscris également. Je pense que tous deux ont porté des mesures intéressantes même si elles ne nous satisfont pas totalement.

  1. IFI ou ISF ?

ISF car l’impôt sur la fortune immobilière est contreproductif et accentue les inégalités sociales. 5 milliards d’euros, c’est la somme dont fait cadeau l’Etat chaque année aux plus riches alors que parallèlement on retire près de 2 milliards aux APL cette année en désindexant cette prestation sociale de l’inflation et en « contemporanéisant » son mode de calcul. Les plus pauvres passent à la caisse et les plus riches sont en partie exonérés d’impôt sur leurs actifs et dividendes… où est la mesure de justice sociale ?

  1. Douche ou baignoire ?

Tout dépend des besoins et du confort que l’on trouve en prenant une douche ou un bain. Prendre une douche a tout de même des avantages en termes de régulation de sa consommation d’eau et d’électricité. Dans ce monde où les ressources sont précieuses et doivent être consommées avec modération afin de profiter à tous, prendre une douche est un comportement plus éco-responsable… mais chacun peut faire comme il l’entend.

  1. Copropriété ou indivision ?

Plutôt copropriété même si le régime actuel de gestion en copropriété a besoin de changement notamment pour tenir plus compte des intérêts et besoins des locataires dans les immeubles en copropriété. A mon sens, l’indivision pose pas mal de soucis, notamment en Outre-mer puisque la gestion de bien indivis crée des problèmes de succession, immobilisant ces logements pendant longtemps et entraînant des problèmes sanitaires.

  1. Neuf ou ancien ?

Le neuf a ses avantages, cependant aujourd’hui les travaux ne sont pas toujours fait en respectant les normes de construction et l’on observe une multiplication des dérogations aux normes de construction comme le  « permis de faire » de la loi LCAP, VEFA etc. Cela crée des problèmes de malfaçon au bout de quelques années sur des appartements neufs qui se dégradent de plus en plus vite. Les logements anciens, s’ils sont bien entretenus, peuvent être aussi très confortables mais on constate également qu’un certain nombre d’entre eux sont des passoires énergétiques qui coûtent cher aux locataires.

  1. Stéphane Plaza ou Valérie Damidot ?

Valérie Damidot car cela correspond plus à notre démarche dans la fibre sociale que nous défendons à la CNL. : aider avant tout les familles qui ont besoin de vivre dignement dans leur logement est notre priorité !

  1. Achat ou location ?

Louer un logement est plus avantageux pour de nombreuses familles qui n’ont pas les moyens d’acheter et tout le monde ne désire pas être propriétaire. Le « tous propriétaire » est un mythe véhiculé sans véritablement comprendre la diversité de besoins et d’envies des habitants. Louer ou acheter devrait avant tout relever d’un choix ; or bien souvent, l’accession à la propriété, même sociale, reste inaccessible. Par ailleurs, les ménages modestes primo-accédants dans les immeubles en copropriété se retrouvent souvent confrontés à des charges qu’ils sont dans l’incapacité de supporter. Dans les immeubles anciens ces charges peuvent être très importantes !

  1. Twitter ou Facebook ?

Twitter parce que cela permet d’être au courant plus facilement et rapidement de l’actualité.

  1. Agent immobilier ou notaire ?

Ni l’un ni l’autre. Ce sont deux professions que je respecte certes mais dont certains représentants ont une éthique qui ne correspond pas à notre approche du droit au logement. J’ajoute d’ailleurs que la loi Elan ne renforce en rien la confiance dans les intermédiaires de l’immobilier (agent immobilier, administrateur, syndic) en supprimant le rôle disciplinaire du Conseil National de la Transaction Immobilière (CNTGI), rendant ainsi leur code déontologique moins contraignant.

  1. Le Corbusier ou Jean Nouvel ?

Indéniablement deux très grands architectes qui ont des styles différents mais qui ont bousculé leur temps.

  1. Opéra Garnier ou Tour Eiffel ?

Tout dépend ce que l’on souhaite voir. Le style classique de l’Opéra Garnier a son charme mais notre grande dame de fer nationale est un vrai chef d’œuvre.

  1. Fenêtres en bois ou en PVC ?

L’essentiel c’est qu’elles remplissent leur office et que l’isolation thermique et acoustique soit optimale. Si l’un de ces deux matériaux nécessite le moins d’entretien possible et qu’il est plus abordable alors il aurait l’assentiment des locataires.

  1. Musée du Louvre ou Mucem ?

J’ai eu l’occasion de visiter le Mucem à l’occasion du congrès HLM qui se tenait à Marseille. Disons que le Mucem est impressionnant… tout comme le Louvre.

  1. Paris ou Berlin ?

Berlin parce que je connais un peu cette ville que je trouve à la fois très belle et surtout nettement plus accessible à la location que Paris !

  1. La ville où il faut investir ?

Je ne suis pas qualifié pour répondre à cette question.

  1. Balcon ou terrasse ?

Quand on peut avoir une terrasse, c’est mieux mais un balcon c’est déjà très bien aussi.

  1. Promoteur ou architecte ?

Architectes, que l’on a d’ailleurs soutenus à travers le collectif « Ambition Logement » lors de la présentation au vote de la loi Elan.

  1. Plan Borloo ou loi Scellier ?

La CNL est opposée à tous les dispositifs de défiscalisation, qu’ils s’appellent Borloo, Scellier ou autre.

  1. Syndic professionnel ou bénévole ?

Syndic bénévole car la gestion de la copropriété est plus transparente et c’est toujours mieux de connaitre le propriétaire de son immeuble chargé du syndic.

Un souhait pour le logement en 2019 ?

« Que 2019 soit l’année pendant laquelle nos dirigeants politiques entendent et mettent en œuvre nos propositions pour résoudre, enfin, la crise du logement dans notre pays ; pour que se loger ne soit pas un luxe mais bien un droit ! »

Pour en savoir plus

Confédération Nationale du Logement
01 48 57 04 64 – cnl@lacnl.com www.lacnl.com

11659450_1474803226145794_2502206558886542282_n

Vous souhaitez réagir ou nous contacter ? N’hésitez plus !